Les maillots de bain d’aujourd’hui, une production éthique.

0
206
maillot de bain plage

Le maillot de bain, vieux de plus de 200 ans.

Autrefois appelés costumes de bain, et conçus pour ne pas faire apparaître la moindre  partie du corps féminin, il est devenu un véritable symbole de l’émancipation de la  femme. En 1907, la nageuse australienne Annette Kellerman fait une apparition en  tenue moulante et bras dénudés sur la plage. En est née une véritable polémique qui fut un événement précurseur des nouveaux codes vestimentaire libérant la femme et son image. De nombreux autres évènements le rendent, par la suite, populaire. Par  exemple, la création des congés payés en 1936 qui amène à la démocratisation des  vacances à la mer, les créateurs de mode tel que Louis Réard qui conçoivent  des ensembles de bains avec le moins de tissu possible pour “optimiser le bronzage”,  ou encore le fait que des stars comme Brigitte Bardot ou Ursula Andress dans James Bond s’affichent fièrement en bikini.  

Vers une production éthique.

Néanmoins, les maillots de bain sont des vêtements polluants puisqu’ils sont majoritairement composés de fibres synthétiques à base de nylon, d’élasthanne ou de  polyester, des fibres énergivores et qui reposent sur la consommation de pétrole. Mais le maillot de bain s’adapte à son époque comme depuis des années. Grâce  aux innovations textiles et aux nouvelles matières créées, il est désormais possible de  concevoir des maillots de bain de façon éthique et durable.  

Innovation au travers des procédés de production.

Maline, marque 100% française et assure la production de ses maillots de bain et sous-vêtements. Également, elle respecte la circularité dans sa chaîne de  production, un modèle privilégié pour la transition écologique. Pour cela, l’entreprise  utilise l’éconyl. L’éconyl est une matière issue du recyclage de nylon, fabriqué par  l’entreprise italienne Aquafil à partir de déchets plastiques. Cela permet ainsi aux  modèles d’être recyclés et recyclables. Le petit plus de la marque, c’est qu’elle  habille confortablement les femmes du 34 au 50. 

Muze Paris est une marque de maillots de bain haut-de-gamme. Ces ensembles  inspirés de la mythologie grecque sont confectionnés en toute transparence, leurs fondatrices sélectionnent leurs partenaires selon leurs certifications et prennent en compte leurs impacts. De plus, ces maillots de bain sont également conçus en polyamide recyclé et en Econyl.  

Enfin, une autre marque utilise cette matière innovante, il s’agit de Sweet Mellow. La  marque parisienne propose des maillots de bain fabriqués à la main et en petite quantité.  Un moyen de garder la main sur les stocks pour ainsi lutter contre la surproduction.  C’est aussi un geste qui rend les pièces plus exclusives pour chacune de leurs  clientes. Un autre exemple, la marque Reset Priority, qui fabrique ses pièces féminines dans un atelier à taille humaine.

Recyclage des déchets marins

C’est le parti pris de ces créateurs.

Ateliers Unes, marque française de mode dont les créations sont certifiées GRS et  Standard 100 by ŒKO-TEX produit également ses maillots de bain grâce à des filets de pêche recyclés et de l’éconyl. Un geste symbolique sachant que les filets perdus dans l’océan représentent 55% du plastique que l’on y trouve. 

Les Aleyonides Swimwear qui détient également la certification OEKO-TEX 100, naît de la volonté de sa fondatrice de mettre en place des solutions efficaces contre la fast fashion, la surproduction, et la pollution qu’elles engendrent. Les maillots de bain  sont eux aussi fabriqués localement en Italie, à partir de filets de pêches perdus.  Quoi de mieux pour rester dans le thème que de se servir de produits marins pour confectionner ses ensembles de bain ?  

Rivea est une marque Suisse de maillots de bain plus responsable de l’environnement, ils sont produit en Seaqual et confectionnés au Portugal. En parallèle, et pour chaque pièce achetée, la marque  Rivea reverse 1 franc Suisse à Oceaneye, une association qui milite contre la  production plastique des océans.  

Un retour sur le Seaqual, C’est une société espagnole fabriquant des fils de polyester issus d’un  recyclage des déchets plastiques provenant des océans. Ce fil est idéal pour la  confection de maillots de bain pour sa robustesse et son séchage rapide. Faire appel à  Seaqual, c’est permettre de réduire la consommation d’eau lors de la production du fil  de 90%, ainsi que les émissions de gaz.  

La revalorisation des matières et des déchets est une alternative pertinente et efficace  dans le cadre d’un engagement durable et éthique, qui a, de nombreuses fois, fait ses  preuves. Posidonie propose des maillots de bain recyclés haut de gamme, en 100%  nylon recyclé et recyclable. Hoopal propose des maillots de bain mixtes en fil issu du  recyclage de bouteilles plastiques transformé en polyester. Reset Priority, qui dans  ses ateliers à taille humaine réalise des pièces de bain pour femme en matière recyclée. Les exemples sont encore nombreux pour prouver qu’il est possible de créer  un concept de maillot de bain tout en nettoyant les océans. Ce sont autant de  méthodes qui montrent qu’il est encore possible de produire dans un système qui n’alimente pas la surconsommation ou la pollution.

Ecrit par Agathe Blondiaux


Inscrivez-vous à notre newsletter pour plus d’articles !

Si vous souhaitez plus d’informations contactez nous Ici ou par mail à contact@greenybirddress.com


Notez la page

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.